Changement climatique : Que va-t-il se passer pour les bananes ?

Les chercheurs et partenaires de Bioversity International ont analysé l’impact du changement climatique sur la culture de la banane. Les résultats sont présentés dans un livre publié par la FAO .

Dans le cadre du Programme de recherche du CGIAR sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS), une équipe de chercheurs et de partenaires de Bioversity International a étudié ce qui pourrait se produire pour la culture de la banane dans un scénario climatique de hausse des températures et de modification des périodes et des quantités de précipitations. Les résultats de l’étude ont été publiés en anglais par l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations Unies (FAO) dans le chapitre 9 d’un livre intitulé Climate change and food systems: global assessments and implications for food security and trade (Le changement climatique et les systèmes alimentaires : évaluation et implications pour le commerce et la sécurité  alimentaire mondiale).
Ils sont maintenant disponibles en français sous le titre “Évaluation de la production mondiale de bananes et de son adaptabilité aux scénarios du changement climatique”.

Au départ, on a analysé comment les zones appropriées pour la production de bananes pourraient évoluer en se basant sur la pluviométrie et la température prévues pour 2030, 2050 et 2070. Les résultats montrent que, pour 2070, les zones propices à la culture des bananiers pourraient augmenter de 50%. L’augmentation annuelle des températures engendrerait des conditions plus favorables pour la production de bananes dans les régions subtropicales et tropicales d’altitude. Cela pourrait signifier que la production de bananes n’est pas menacée, mais il y a d’autres facteurs à considérer. Par exemple, des températures plus élevées signifient une demande accrue en eau, de 12 à 15% de plus que les valeurs actuelles. En outre, des températures élevées peuvent menacer les cultures qui sont habituellement associées avec les bananiers. Les agriculteurs qui cultivent la banane comme une culture secondaire laisseraient tomber la banane si le changement climatique rend leur culture primaire moins viable.

Un autre défi majeur pour la culture de la banane sous des températures plus élevées est la prolifération des parasites et des maladies. Dans cette étude, l’influence potentielle du changement climatique sur l’incidence et la gravité de l’impact de la maladie des raies noires a également été examiné. Les résultats préliminaires indiquent que la hausse des températures va accélérer le développement de la maladie. Cependant, la distribution des précipitations a un impact plus important sur la gravité de la maladie.

Des cartes incluant les zones climatiques actuelles et les projections ont été intégrées dans l’outil de cartographie Banana Crop-Mapper, une initiative de l’IITA et de Bioversity International pour caractériser les zones de production de bananiers et plantains au niveau mondial. Tout le monde peut y accéder et déterminer dans quelle zone agro-climatique se situe sa zone de production, d’étude ou de travail.

Les cartes concernant les émissions foliaires potentielles, le déficit en eau et l’utilisation actuelle et future de l’eau sont en cours d’intégration dans l’outil de cartographie. La méthodologie utilisée pour la préparation des cartes est présentée dans le chapitre déjà cité “Évaluation de la production mondiale de bananes et de son adaptabilité aux scénarios du changement climatique”.